Les femmes et les jeunes se mobilisent pour l’élection présidentielle

La prise en compte du genre dans l’élection présidentielle de 2013 faisait partie des engagements de la société civile malienne en vue de contribuer à la qualité de la démocratie. Ainsi les fiches des observatrices et observateurs nationaux du réseau ONG d’Appui au processus électoral au Mali (APEM) comprenaient des segments destinés à analyser la participation des groupes les plus vulnérables. 

Grâce à cela, la Chambre intermédiaire du Pôle d’observation citoyenne électorale (POCE, voir autres articles ndlr), composée de divers spécialistes politiques, genre,  handicap et de sociologues a pu interpréter les données de la plate-forme Malivote (www.malivote.com)  sur le déroulement du scrutin du 11 août 2013 dans près de 1 728 bureaux de vote, ce qu’il faut considérer comme l’échantillon couvert en attendant le rapport général relatif aux deux tours de l’élection présidentielle.

La Chambre intermédiaire a ainsi noté l'engagement et la notable mobilisation des  personnes vivant avec un handicap, des femmes, des jeunes et des personnes âgées. Dans sa déclaration préliminaire du 11 août 2013, le POCE a donc salué la facilitation et la participation des personnes vivant avec un handicap. En effet, 97,3 % des personnes handicapées ont reçu l’assistance - contre 95,5 % lors du premier tour de l’élection présidentielle - avec une mention spéciale pour les régions de  Gao et de Tombouctou où 100 % des personnes handicapées ont reçu de l’assistance dans les bureaux couverts.

Quant aux femmes et aux jeunes qui ont particulièrement souffert de la crise, ils se sont eux aussi beaucoup mobilisés. Selon le chiffres obtenus, le taux national de femmes qui ont voté est de  46,8 %. Mais, c’est dans les régions de Gao et de Tombouctou que les femmes ont le plus voté avec respectivement 54,2% et 53,3%.

Cette mobilisation est exceptionnelle au Mali. C’est pourtant dans la perspective des prochaines échéances électorales, l’accent doit être mis sur l’éducation citoyenne pour sensibiliser davantage de femmes et de jeunes cela d’autant plus que les législatives et les locales sont des élections de proximité. 

(Photo: bureau de vote lors du deuxième tour de l'élection présidentielle)

* Par Rose Dolo (photo du haut), Chargée de programme éducation, Point focal genre Oxfam Novib au Mali et analyste de la Chambre intermédiaire du POCE