Sidiki Traoré

  • Imprimer

Sidiki Traoré, « Lévieux ». 24 ans. Volontaire pour plusieurs organisations et stagiaire à l’Agence nationale de télésanté et d’informatique médicale (ANTIM)

« Une aventure inoubliable en découvrant le Mali »

EVA pour moi…

« Désormais, j’ai une nette vision du déroulement du processus électoral et de la façon de contribuer à le rendre transparent. Grâce à EVA, j’ai pu me rendre à Bandiagara, Bankass et Koro (région de Mopti) même si je n’ai pas eu suffisamment de temps pour admirer la falaise de Bandiagara. Ce fut une inoubliable aventure. J’ai aimé la détermination de mes frères et sœurs à participer activement à la transparence du processus électoral avec une mention spéciale pour les 2 100 observateurs et observatrices du réseau ONG d’Appui au processus électoral au Mali (APEM). Il faut également saluer la disponibilité des partenaires étrangers qui n’ont ménagé aucun effort pour mener à bien cette mission. J’ai eu du bonheur rien qu’en pensant que j’ai pu me rendre utile pour mon pays au moment où il avait le plus besoin de moi. Je pense que cette joie m’accompagnera pour tout le reste de ma vie. Ma façon de voir et d’analyser des situations a beaucoup évolué, je suis devenu plus courtois et rigoureux. Ma confiance en mes capacités d’adaptation a doublé (côté travail et social), mon carnet d’adresses s’est également enrichi.

Je n’oublierai pas non plus le  trajet Sévaré – Bankass qui a été un cauchemar pour moi. Le départ était prévu à 6 heures du matin, mais faute de véhicules, on a traîné à la gare jusqu’à 11 heures. Ensuite le bus est tombé en panne entre Sévaré et Badiangara, non loin d’un village appelé Goundaga. Pour gagner du temps, j’ai marché jusqu’à ce qu’une bonne âme me prenne dans sa voiture. J’ai dû faire les quelque 50 kilomètres séparant Bandiagara de Bankass sur une moto, en plein ramadan, portant un sac à dos d’un peu plus de 35kilogrammes. Ces mésaventures ont failli me faire perdre la foi tant la chaleur était intense. Mais je repensais aux mots d’un de nos formateurs de One World, Mamadou Lamine Kane, « c’est pour le Maliba » et aussi à cette citation de Martin Luther King, « avoir foi, c'est monter la première marche même quand on ne voit pas tout l'escalier ».

 Et si c’était à refaire… ?

« Je me perfectionnerais d’avantage. La volonté y est ».