Législatives 2013 : Voter, un devoir citoyen

A l’occasion des élections législatives 2013 dont le premier tour est prévu pour le 24 novembre 2013, petit rappel de quelques dispositions de la Loi électorale de 2006, modifiée par la loi n°2013-017 du 21 mai 2013.

Tout citoyen malien de 18 ans révolus peut voter car, selon la loi, « sont électeurs, les citoyens maliens des deux sexes âgés de dix-huit (18) ans au moins, jouissant de leurs droits civiques et politiques, ne tombant pas sous le coup des interdictions prévues par la loi ou prononcées par le juge et inscrits sur la liste électorale » (Article 27).

Quant aux citoyens maliens résidant hors du territoire national et souhaitant voter dans leur pays de résidence, ils doivent « être régulièrement immatriculés au consulat ou à l’ambassade de la République du Mali et inscrits sur la liste électorale de la juridiction concernée » (article 37).

Afin de pouvoir voter, l’une des conditions pour les réfugiés est d’avoir le statut officiel de réfugié dans le pays de résidence. A celle-ci s’ajoutent deux autres exigences à savoir « figurer dans la base de données biométriques de l’état civil avec photo et empreinte digitale » et « être inscrit sur la liste électorale biométrique des réfugiés dans le pays de résidence ».

Si le vote électronique et le vote par correspondance ne sont pas permis, toutefois le vote par procuration est permis pour les électeurs dont les obligations, « dûment constatées », les placent dans l’impossibilité d’être présents sur les lieux d’inscription. Ce sont « les agents des forces armées et de sécurité sur le théâtre d’opération », « les membres de la C.E.N.I », « les présidents des bureaux de vote », « les assesseurs des bureaux de vote », « les mandataires des candidats et des partis politiques » et les délégués des partis politiques » (Article 105 L 2011-085).

Le Mali a connu en 2012 une instabilité sociopolitique aux conséquences multiples pour le pays et la région. Afin de remettre le pays dans la voie démocratique, la Feuille de route, adoptée par le Parlement, a inscrit l’organisation d’élections libres démocratiques et transparentes en 2013. Pour mettre en œuvre ce processus, la loi électorale a été adaptée en mai 2013, soit deux mois avant l’élection présidentielle et six mois avant les élections législatives.

Lien vers la loi électorale : http://www.matcl.gov.ml/index.php?option=com_content&view=article&id=199:loi-electorale&catid=35:ministre

Rédaction : Ibrahima Dia

Edition : Habibatou Gologo