Elections législatives : Le POCE impressionne une fois de plus

Ayant fait ses preuves pour les deux tours de l’élection présidentielle, en juillet et août dernier, le Pôle d’observation citoyenne électorale (POCE) s’est tenu du 23 au 25 novembre 2013 à l’hôtel Radisson Blu de Bamako, à l’occasion du premier tour des élections législatives

Trois jours durant, le dispositif composé de trois chambres -politique, intermédiaire et technique- a tenu ses promesses en rendant accessibles, en temps réel, sur la plate-forme « Malivote » www.malivote.com), les données envoyées par plus de 2 200 observateurs sur les 3 700 déployés sur toute l’étendue du territoire par le Réseau ONG d’Appui au processus électoral au Mali (APEM).En effet, le POCE permet à la société civile malienne d’avoir un accès sans précédent aux données envoyées par les observateurs sur les aspects importants du processus électoral.

Aussi, le 24 novembre 2013, au fil de l’observation électorale nationale, le POCE a pu informer sur le déroulement des opérations du vote comme l’ouverture des bureaux de vote, le taux de participation, l’heure de clôture des bureaux, le dépouillement et les incidents notés. Et le lendemain, dans sa Déclaration préliminaire, contrairement au scrutin présidentiel, le POCE a constaté une faible affluence des électeurs dans les centres et bureaux de vote tout en se félicitant du niveau de participation des femmes, lequel a été estimé à 51,3% dans les bureaux observés. En outre, le POCE a indiqué que 97,6% d’électeurs handicapés votants ont reçu une assistance. En relation avec ses observateurs, superviseurs et les autorités maliennes en charge des élections, le POCE a aussi contribué à la correction de dysfonctionnements signalés çà et là dans certains bureaux de vote.

Une innovation réussie et saluée

Son caractère innovant -cartographie dynamique- a placé le POCE au cœur du processus électoral en cours au Mali. C’est ainsi que dès le 23 novembre 2013, le ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de l’Aménagement du territoire, le Général Moussa Sinko Coulibaly a visité la plate-forme, marquant ainsi le début de visites prestigieuses du POCE tout au long de sa durée. Pour le ministre, c'est « une contribution inestimable au renforcement démocratique » du Mali.

Quant au Délégué général aux élections, le Général Siaka Sangaré, il a indiqué que le POCE « fait un travail remarquable ».

Le chef de la Mission d’observation de l’Union européenne au Mali, Louis Michel, a de son côté affirmé que « tant qu’il y aura des citoyens et des citoyennes » comme ceux qui participent au POCE, « le Monde pourra porter avec optimisme l’espoir de l’Humanité ».

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et chef de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), Bert Koenders, à qui le dispositif a été longuement expliqué, a lui aussi félicité l’initiative qu’il a qualifiée de « renforcement démocratique du Mali ».

Le POCE a également reçu la visite des chefs de missions d’observation envoyées au Mali à l’instar de celui de l’Union africaine, Dileita Mohamed Dileita, celui de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), Mohamed Auajjar, celui du Comité interparlementaire de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (CIP-UEMOA), Moussa  Zangaou, et celui de la Conférence des ministres de la jeunesse et des sports de la Francophonie (CONFEJES), Ali Harouna Bouramah.

Venus aussi, des ambassadeurs accrédités au Mali à l’instar de ceux des Pays-Bas, des Etats-Unis, du Danemark qui ont tous magnifié la nécessité et l’importance de la plate-forme pour arriver à un système de bonne gouvernance.

Une remise d’attestations aux jeunes analystes de la chambre technique a mis fin au POCE, le 25 novembre 2013. Rendez-vous est pris pour le second tour des élections législatives, du 14 au 16 décembre 2013.

Le POCE est la quatrième composante du Projet d’éducation citoyenne et de monitoring des élections (PEME). Il est mis en œuvre avec l’appui technique et financier du Royaume des Pays-Bas, d’Oxfam, du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), de l’USAID, du National Democratic Institute (NDI), de l’OIF et de l’Open Society Initiative for West Africa (OSIWA). 

 

Rédaction : Bintou Dembélé

Edition : Habibatou Gologo